Copy of Copy of Seidlhofer

 En conversation avec son professeur, Bruno Seidlhofer

En conversation avec son professeur, Bruno Seidlhofer

 Concert lors de l’Exposition Universelle de Bruxelles avec sa professeure,  Marianne Lauda

Concert lors de l’Exposition Universelle de Bruxelles avec sa professeure,  Marianne Lauda

« Mes professeurs ont été ma bonne fortune : j’ai d’abord étudié six ans avec Marianne Lauda, puis j’ai reçu pendant dix ans l’enseignement de Bruno Seidlhofer. J’ai eu une relation merveilleuse avec Bruno Seidlhofer. En 1958, je fus admis à sa classe de virtuosité. C’était un homme qui parlait peu, mais il était toujours en contact physique avec ses élèves. A sa manière de vous presser l’épaule, vous réalisiez que quelque chose n’allait pas avec le rubato. C’était sa manière d’enseigner. Si l’on n’avait pas dans son bagage quelque facilité technique, il aurait été vain de prétendre à son enseignement. Prenez ses étudiants les plus célèbres : Friedrich Gulda, Martha Argerich, Nelson Freire, Jacques Klein, Alexander Jenner, Dieter Weber – nous avons tous en commun d’avoir reçu quelque don de Dieu ; ce qui est la condition préalable à faire de la musique et jouer du piano. Les étudiants techniquement faibles n’auraient pas été à bonne enseigne avec lui. Mais pour nous, son enseignement a été énormément profitable. »
— R. B.
David Skudlik